• Arc 6 Chapitre 6

     

    Chapitre 6.6


    C'était une chanson très lourde, une conversation tardive. L'amour de son père était lourd comme une montagne, cela faisait toujours ressentir à Ou Zinan une forte pression et l'incapacité de bouger. Il avait peur de voir l'expression déçue de son père, alors il se contint fortement et se força, mais cela ne fit que le plonger dans une situation épouvantable dont il ne pouvait sortir. Comment une personne qui pourrait jouer habilement dix-huit instruments de musique pourrait-elle ne pas avoir de talent musical?

    Ce n'est que lorsque son père est décédé que la brume qui l'avait aveuglé se dissipa finalement, le remplissant d'une motivation et d'un courage infinis. Il avait versé tout son amour refoulé, sa douleur, son impuissance et sa douleur dans la chanson.

    Toutes ses contradictions, luttes, amour, consternation, contenues dans la chanson ont été libérées par le chant de Zhou Yun Sheng. Inconsciemment, beaucoup de gens avaient éclaté en sanglots et Zhou Yun Sheng, influencé par les sentiments résiduels de Ou Zinan, s'étouffait de larme, sa voix tremblait et ses doigts ne pouvaient finalement plus bouger.

    Le son du piano s'arrêta brusquement et Zhou Yun Sheng se couvrit le visage pour cacher ses larmes. Soudain, le visage de Ou Bai Bo a fait surface sur le grand écran à LED. Il tenait une caméra, pointant l'objectif sur lui-même, il parla faiblement. "Mon fils a dit qu'il chanterait une chanson qu'il a écrite spécialement pour moi, je suis impatient d'y être."

    Il secoua la caméra et la pointa sur le beau jeune homme assis devant le piano. Les meubles indiquaient qu'il devait s'agir de la villa des Ou.

    Le jeune homme était très nerveux. Il desserra les deux boutons du haut de sa chemise, toussa et dit lentement: "Cette chanson s’appelle« A cause de toi ». Papa, j'ai mis tout ce que j'ai toujours voulu dire ici. Tu devrais l'écouter attentivement. "

    Ou Bai Bo a promis, bien qu'il ne soit plus à l'écran, sa voix contenait un vrai plaisir et un réconfort.

    Dans le public, les fans de Lin Siqing ont été bouche bée, le cœur rempli d'embarras extrême. La preuve soumise par Lin Siqing à la cour avait également été publiée sur son blog. Tous les manuscrits de la vidéo «A cause de toi» étaient datés, ce qui montrait qu'il l'avait créé après la mort de son mentor.

    Mais dans la vidéo, Ou Bai Bo était toujours en vie, Ou Zinan avait déjà écrit la chanson et il la chantait aussi devant lui. Qui était celui qui avait copié? La réponse était évidente. Les manuscrits soumis par Lin Siqing prouvaient sa propre culpabilité irréfutable.

    Le rythme était le même, la chanson était la même, mais le chant s’arrêtait à mi-chemin. Ensuite, Ou Zinan appuya son front contre le piano, de grosses gouttes de larmes coulant sur les touches noires et blanches. Il ressentait de la douleur et du désespoir face à la mort inévitable de son père.

    Ou Bai Bo a ouvert la couverture et a lentement avancé à côté de son fils. Il s'accroupit à côté de lui, lui prit la main et dit: "Zinan, cette chanson est géniale, c'est la meilleure chanson que j'ai jamais entendue de ma vie. J'ai quelque chose à te dire.”

    "... Quoi?" Le jeune homme se tourna pour le regarder, ses yeux et son nez rouge, il avait l'air très fragile, mais aussi très mignon.

    Ou Bai Bo a rigolé: "Tu ne m'as jamais laissé tomber, au contraire, tu es ma fierté. Tu es la fierté de ton père."

    Pour cette affirmation, Ou Zinan avait lutté pendant plus de dix ans. Il n'en revenait pas, alors qu'il était encore sous le choc, Ou Bai Bo le prit dans ses bras, comme un petit bébé, il le caressa doucement. Peu à peu, les caresses se sont affaiblis et finalement, elles s'arrêtèrent. Ou Zinan s'est tourné nerveusement pour regarder son père, mais les yeux de son père étaient fermés et sa bouche avait un petit sourire silencieux.

    Il était mort avec une grande satisfaction.

    “… Non! Papa! Ne me quitte pas, s'il te plaît! J'ai peur …"

    Le cri perçant emplit le pavillon, le désespoir immense et la douleur ressemblaient à un couteau bien aiguisé, se glissant dans la poitrine et déchirant le cœur en morceaux. Sous la scène, le public ressentait de la douleur et de la tristesse. Sous les lumières brillantes, les larmes se reflétant dans leurs yeux, certains se lamentaient déjà sans pouvoir s'arrêter.

    L'écran à LED s'éteignit, Zhou Yun Sheng s'est levé, est entré dans le faisceau de lumière, a fait face au microphone et a dit lentement: "C'était l'image de la mort de mon père. C'est un souvenir que je n'ai jamais voulu revivre. J'étais hésitant à le sortir, parce que je ne voulais pas que plus de gens le voient si faible. Dans mon esprit, il sera toujours la personne la plus puissante, la plus indestructible. "

    À ce stade, il s'étouffa de nouveau, puis inclina la tête pour ajuster sa respiration. Il leva les yeux et poursuivit: " Vous pouvez me maltraiter, me renier, mais vous ne pouvez pas renier mon père. Je ne laisserai plus personne le troubler au paradis… "

    Il referma les yeux, puis les ouvrit, toute sa tristesse fut remplacée par la colère, son ton était glacé et coupant comme un couteau. "Cette chanson n'a pas besoin de batterie, de basse, de guitare électrique, de mixage électronique…… elle a seulement besoin d'un accompagnement de piano pur. Cette chanson n'est pas une chanson d'amour douloureuse, pleine de plaintes et de gémissements malades. C'est le requiem que j'ai donné à mon père. Lin Siqing, quand tu as utilisé mes paroles, n'as-tu jamais pensé à l'importance de la chanson pour moi et mon père? Tu as trahi ma confiance et terni ma musique, je ne te pardonnerai jamais! Jamais!"

    L'homme a regardé dans la caméra, le grand écran a montré ses yeux froids et féroces.

    Le public était intimidé, ils ne se sont réveillés qu'après sa disparition de la scène, puis ils se sont regardés maladroitement. Ils étaient ici pour se venger au nom de Lin Siqing et Ge Mengshu.

    Avant cela, ils croyaient fermement que seul le talentueux Lin Siqing pouvait écrire une chanson aussi touchante et que seul la merveilleuse chanteuse, Ge Mengshu, pouvait parfaitement l'interpréter. Par rapport à eux, que valait Ou Zinan? Mais après le lavage de cerveau de ses 20 chansons époustouflantes, ils ont été complètement conquis.

    Ces vingt chansons qu'il avait chantées avec désinvolture avaient toutes le potentiel d'être extrêmement populaires. Ou Bai Bo l'appelait sa fierté, et c'était évidemment vrai. Lin Siqing ne pouvait absolument pas être comparé à Ou Bai Bo en termes de talent, mais le talent de Ou Zinan était bien supérieur à celui de Ou Bai Bo.

    Lin Siqing avait écrit tellement de chansons depuis ses débuts et il avait fait beaucoup d'albums, mais même sa meilleure chanson ne pouvait être comparée à aucune des vingt chansons de Ou Zinan.

    Lin Siqing et Ou Zinan, l’écart entre eux était trop grand. Même les fans les plus extrêmes avaient dû l'admettre.

    Les fans étaient silencieux, extrêmement déprimés. Le reste avait été honnêtement converti. Chaque chanson les avait lentement convertis en croyants, et de croyants en vrais fans. Sachant que l'idole était vraiment lésée, ils ont agité leur bâton et ont crié: "Ou Zinan, tu es le meilleur, tu es aussi notre fierté! Nous te soutiendrons toujours! Allez!"

    "Ne sois pas abattu!"

    "Reviens, deux heures ne suffisent pas!"

    "Tu dois persévérer, les étoiles brillent toujours!"

    Les encouragements ont résonné les uns après les autres dans le Star Pavilion. Les fans de Lin Siqing et Ge Mengshu se sont sentis encore plus gênés et en colère. L'embarras était dû aux abus et à l'incompréhension dont ils avaient criblé Ou Zinan, et la colère était due à la tromperie de leurs idoles.

    Lin Siqing avait une bonne image depuis ses débuts, son talent musical l'avait poussé à entrer dans le royaume des Dieux de la chanson. Ses fans étaient pour la plupart des hommes et des femmes d'âge mûr et professionnels, ils avaient leur propre jugement et détermination. À ce stade, ils avaient le visage rouge, certains se couvrant même le visage de honte.

    Le Star Pavilion était agité, le public restait collé aux sièges et refusait de partir.

    "Ou Zinan, désolé!"

    "Ahhhh, nous avions tort, s'il te plaît, pardonne-nous."

    "Ou Zinan, tu es mon idole, je t'aime!"

    Les personnes qui avaient fait défection étaient partout et les anciens fans qui voulaient au départ venger leurs idoles ne protestaient pas. Les excuses étaient nécessaires.

    Les fans de Ge Mengshu étaient principalement des petites filles et des garçons, ils étaient très émus. Quelques-uns ont continué à harceler en disant que la vidéo pouvait être montée de toute pièce, mais ils ont été immédiatement regardés par les yeux fâchés qui les entouraient et ont finalement dû se taire.

    La sécurité et la police ont commencé à évacuer la foule. Ils étaient entrés avec vigueur dans le concert, mais devaient être poussés maladroitement dehors.

    ————————

    Sun Xi Mu se tenait dans l'ombre, concentré sur le jeune homme. Il était si brillant, accrocheur, exhalant un charme sans pareil. Il était le vin le plus moelleux et la drogue la plus puissante, personne ne pouvait résister à son attrait et personne ne pouvait échapper à sa capture.

    Sun Xi Mu savait que tant qu'il aurait la chance de se tenir sur scène, il réussirait. Mais quand il avait vraiment réussi, il ne pouvait pas supporter de voir les yeux brûlant de tous les autres sur lui.

    Il regarda l'autre homme marcher vers lui et son sang commença à bouillir. Il voulait le prendre dans ses bras et l'embrasser sans vergogne, l'enfermer dans une pièce et se livrer à lui, le frapper avec sa partie la plus dûr, se perdre dans la folie…

    Son cœur avait été attrapé par lui et avait été réduit en poussière. Ses jambes étaient obstinément collées au sol, incapables de bouger.

    Sun Xi Mu ne parvenant pas à trouver un moyen de parler de cet amour à l'autre homme, il exposa donc une rare expression confuse.

    Zhou Yun Sheng s'est approché de l'homme et a demandé: "Qu'est-ce qui ne va pas? Pourquoi as-tu l'air si confus?"

    La pomme d'Adam de Sun Xi Mu monta et descendit, il s'inquiéta longuement avant de dire: "Tu as bien fait ce soir, mieux que je ne le pensais. Je suis fier de toi."

    Zhou Yun Sheng s'est soudainement rapproché, il a écarté les bras et a coincé Sun Xi Mu dans un coin, puis il a dit lentement: "Je veux vérifier quelque chose, j'espère que tu pourras coopérer avec moi."

    Sun Xi Mu déglutit, il ignora son rythme cardiaque effréné et demanda: "Qu'est-ce que c'est?" Si proche, il voulait vraiment l'embrasser.

    Mais avant de pouvoir mettre ses pensées à exécution, le jeune homme lui passa les bras autour du cou, lui baissa la tête et couvrit ses lèvres avec les siennes.

    Une langue chaude s'allongea et se mêla à sa langue, et un sentiment inexplicable passa au plus profond de son cœur et de son âme. À part les fleurs odorantes et les feux d'artifice brillants dans sa tête, il ne pouvait plus penser à autre chose. Les yeux de Sun Xi Mu s'assombrirent, sa main gauche appuya sur le dos du jeune homme et sa main droite se serra étroitement autour de sa taille et le tira contre lui-même afin qu'ils ne puissent pas se séparer.

    Le personnel qui s’approchait au départ pour le féliciter se dispersa rapidement. Ils prétendaient ne rien voir, mais leurs cœurs étaient unanimes: il n’était pas étonnant que le chef ait eut l’intention d’investir autant dans Ou Zinan, ils entretenaient ce type de relation. Montant sur une si haute branche, la renommée de Ou Zinan n'était qu'une question de temps. Au moins, il avait un vrai talent.

     

    Chapitre précédent / IndexChapitre suivant



    1
    Aayell
    Samedi 13 Avril à 12:47
    Merci pour le chapitre!
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :