• The End of the World 27

     

    Chapitre 27 Les impitoyables bandits des routes

     

    La distance entre la base de survivants et la ville H ne pouvait pas être considérée comme proche. Même en prenant le train, cela prendrait une journée ou plus, sans parler du fait que peu d'entre eux traversaient la ville et s'y arrêtaient.

    Pour des raisons de sécurité, les autoroutes à trafic relativement élevé avaient été évitées. En effet, il y aurait beaucoup de voitures sans propriétaire et de propriétaires de voitures devenus zombies.

    Les zones les plus désolées, proches des campagnes, par contre, étaient relativement plus sûres.

    Par conséquent, Shao Qing et les autres avaient décidé de choisir les petites routes, mais cela augmentait également la distance à parcourir. Après avoir quitté la base des survivants, ils étaient arrivés à leur première intersection, l’une menant à une autoroute à grande vitesse et l’autre à une petite route. Gu Panpan, responsable de la conduite de la voiture, a tourné à droite vers la petite route.

    En tant que moulin à parole, Gu Panpan, tout au long du voyage, avait déjà tout révélé sur Gu Chuan: "Qing Jiejie, sais-tu ce qu’est la paralysie faciale?"

    Shao Qing jeta un coup d'œil à Gu Chuan, puis retint silencieusement ses mots: «N'y a-t-il pas quelqu'un avec une paralysie faciale juste à côté de toi» et les ravalla.

    Gu Panpan n’a pas attendu que Shao Qing réponde et a continué à se parler à elle-même. “En réalité, la paralysie faciale équivaut à une personne qui réagit lentement, en plus d’un visage rigide et d’une prosopagnosie (=trouble de reconnaissance des visages. Ndt: J’espère ne pas être la seule à pas savoir ce que c’était!). Mon frère est comme ça. Lors du premier contact avec mon frère, tout le monde dit qu'il est une personne froide avec une paralysie faciale. Mais en réalité, il n’est qu’une personne avec des réactions lentes et une prosopagnosie. Hahaha"

    Shao Qing jeta un nouveau coup d'œil à Gu Chuan, mécontent. Probablement parce qu'il était gêné, ses oreilles étaient déjà rouges. Il a ensuite entendu Gu Panpan continuer à parler: “Non seulement il a des réactions lentes et de la prosopagnosie, mais c’est aussi une personne qui a un mauvais sens de l'orientation. Même dans notre propre quartier, il pourrait se perdre. Hahaha! Ma mère a toujours dit qu'à l'avenir, il faudrait trouver une dame avec un bon sens de l'orientation pour épouser mon frère. Sinon, ils seraient perdus tous les deux et erreraient autour du monde. "

    Continuant à parler, l’humeur de Gu Panpan sembla s’être soudainement calmée. C'était probablement parce qu'elle avait commencé à penser à sa mère. Shao Qing ne savait pas non plus quoi dire. L'atmosphère dans la voiture était soudainement devenue un peu triste.

    Shao Qing ne savait vraiment pas réagir à ce genre de situation. À la hâte, elle essaya de changer de sujet. "Regarde devant, qu'est-ce que tu penses?"

    Gu Panpan a regardé en avant, a presque perdu le contrôle de la voiture et a faillit la heurter. C’était en fait une dame d’une vingtaine d’années qui était habillée d’une manière révélatrice et qui ne semblait pas vouloir vivre, alors qu’elle se mettait au milieu du chemin.

    Gu Panpan a appuyé sur les freins. La voiture s'est arrêtée à environ une dizaine de centimètres de la femme. Puis ils ont entendu la femme parler d'une manière pitoyable. "Grand frère, grande soeur, pourriez-vous s'il vous plaît m’emmener?"

    Le temps dans l’apocalypse était extrêmement variable. Une seconde, il pourrait neiger, une autre, grêler, puis tout à coup cela pourrait disparaître et devenir une belle journée ensoleillée. La journée pourrait être sombre, glacée ou parfois brûlante.

    À l'heure actuelle, le vent du nord soufflait, mais la femme ne portait toujours qu'un petit top et une minijupe. Ses bras et ses cuisses pâles étaient complètement révélés. Elle était plutôt jolie. Délicate avec de jolis traits de visage et de longs cheveux flottant dans le vent, elle frissonnait dans le froid. Elle avait l'air plutôt pitoyable.

    Mais le visage de Gu Panpan devint froid. Elle a attrapé une tige de fer dans la voiture et l'a tordu. Elle l'a brisée en deux puis a souri froidement. "Fous le camp! Essayer de jouer ce genre de farce devant cette vieille dame? Es-tu aveugle?"

    La femme devint instantanément pâle puis regarda Gu Panpan appuyer sur l’accélérateur et se précipiter hors du chemin. Gu Panpan était de retour sur la route.

    Alors qu’il s’éloignait, Gu Panpan a commencé à expliquer à Shao Qing: “Qing Jiejie, ne te laisse pas berner par son apparence pitoyable. En fait, tout cela est un grand mensonge. Si tu oses réellement ouvrir les portières de la voiture, un groupe d'hommes impurs encerclera les deux côtés de la voiture et se précipitera pour traîner les gens dehors. Si tu es chanceuse, ils ne feront que voler tous tes biens. Si tu es malchanceuse, tu pourrais y perdre la vie. "

    En regardant dans le rétroviseur de la voiture, elle s'aperçut que derrière la femme qui piétinait lourdement le sol, il y avait plusieurs gros hommes robustes tenant des couteaux.

    "Ces escrocs ont essayé de me tromper en agissant gentillement, mais avec mon intellect élevé, j'ai vu à travers eux d'un coup d'œil." Dit Gu Panpan, avec fierté.

    Gu Chuan, essayant de se venger comme Gu Panpan avait complètement révélé tout ce qui le concernait, prononça une longue phrase. "Alors, qui a déjà été trompée et s’est presque fait voler la voiture?"

    Le visage de Gu Panpan est devenu complètement rouge et elle a fait la moue. "Frère!"

    Shao Qing ne pouvait s’empêcher de rire. L'une des raisons pour lesquelles elle avait accepté d'être amie avec les frères et soeurs était due à leur relation extrêmement envieuse.

    Après l’apocalypse, mis à part cette fratrie, même les pères et les fils, ou encore les mères et les filles, pouvaient avoir des problèmes.

    Être capable de se soutenir pendant l'apocalypse, était une vraie chance. Cela rappelait à Shao Qing, Mu Lin. Cette femme insouciante mais dévouée qui l'avait toujours si bien traitée.

    On pourrait dire que la vie de Shao Qing avait été un échec massif. Dès sa naissance, elle avait été abandonnée et était obligée de compter sur elle-même pour entrer dans une école militaire. Lorsqu'elle était entrée dans l'armée, elle avait dû se retirer de bonne heure à cause d'une blessure et elle était même tombée amoureuse d'un homme qui s'était finalement avéré être un bâtard trompeur.

    Sa seule fortune fut sa première rencontre avec Mu Lin. Grandissant ensemble, elle s'était sincèrement souciée d'elle. L'autre chose était Xiao Baozi. Il était le cadeau que le ciel lui avait offert.

    "Maman, des bonbons." Tandis que Shao Qing soupirait de chagrin, Xiao Baozi qui était enfoui dans ses bras avait tendrement apporté un bonbon au lait vers la bouche de Shao Qing. Bien que Shao Qing n’ait pas besoin de manger, son cœur s’est immédiatement réchauffé.

    Comme elle le pensait, Xiao Baozi était en fait le trésor que le ciel lui avait donné, son plus beau cadeau.


    Chapitre précédent / Index Chapitre suivant



    1
    Lady Tara
    Vendredi 24 Mai à 00:22

    Merci pour ce chap ^^ J'attend le retour d'Er Dai !

      • Lundi 3 Juin à 20:43

        Yes, t'inquiète il arrive bientôt cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :