• Stunning edge 80

     

    Chapitre 80:

     

    "Votre altesse, je ......" commença le duc Roman.
    Le regard glacial de Cliff le cibla. Il a dit avec colère: "Monsieur Roman, votre petite-fille ne voulait pas se battre avec mon disciple, mais voulait la vie de Claire! C'est une tentative de meurtre, un meurtre? Monsieur, savez-vous ce que ce mot signifie?" L'expression de Cliff était extrêmement grave. Le mot "monsieur" était complètement sarcastique. Un duc estimé ne comprendrait-il pas ce que signifiait un meurtre?

    L'expression d'Alice Roman pâlit instantanément. Bien sûr, elle comprit ce que ce meurtre signifiait. Une fois que cette accusation est devenue permanente, il serait difficile de dire ce qui allait lui arriver ensuite.
    Le duc Gordan resta silencieux tout le temps, les yeux fendus. Manifester publiquement sa colère n’était pas sage, mais cela ne voulait pas dire que le clan de Hill était fragile. Il avait déjà fermé les yeux sur le duel de la dernière fois et cette fois s'était en fait une tentative pour prendre la vie de Claire. Mais il semblait qu'il n'avait pas besoin de parler. Cliff, cette personne ultra-protecteur, forcerait l'Empereur à s'en occuper correctement.
    L'Empereur jeta un coup d'œil à Cliff, le visage en colère, et aux autres qui étaient froids, soupirant légèrement dans son cœur. Cette Alice aurait pu offenser n'importe qui, mais elle devait essayer d'assassiner Claire. Maintenant, avec les gens du Temple de la Lumière comme preuve, si cela n'était pas traité équitablement, non seulement il ne pourrait pas se justifier devant le Duc Hill, mais il ne pourrait pas se justifier devant le Temple de la Lumière et Cliff .
    "Après qu'Alice Roman ait été emprisonnée, elle sera pendue." L'Empereur ferma les yeux sans regarder l'expression du Duc Roman.
    L'expression du duc Gordan ne changea pas et celle de l'autre était également calme. Les yeux d'Alice s'élargirent, puis se fermèrent lentement. Ce n’était la faute de personne si ce n’est sa faute de ne pas avoir écouté Grand-père et de provoquer quelqu'un qu’elle ne pouvait pas se permettre de provoquer. Maintenant, même la mort ne suffirait pas. Elle espérait simplement qu'aucun autre membre de la famille ne serait impliqué.
    Le teint du duc Roman pâlit aussitôt. Il s'agenouilla brusquement: "Votre Altesse, pardonnez-la, s'il vous plaît. Je préférerais démissionner de mon poste de ministre des Finances, veuillez lui pardonner votre Altesse." Alice, qui était assise à l'arrière, leva immédiatement les yeux, choquée et aussi déchirée de voir le duc Roman, voir son propre grand-père faire une telle chose pour elle.
    Les yeux de l'Empereur s'ouvrirent instantanément. Il fronça les sourcils, regardant le vieil homme à genoux devant lui. Une trace de colère ardente traversa ses yeux. Il osait effectivement démissionner comme ça!
    "Bien! Très bien! Vous osez me menacer maintenant?" L'Empereur se leva brusquement, regardant avec colère le vieil homme agenouillé devant lui.
    " Votre serviteur n'ose pas. Votre serviteur est seulement pressé de défendre la victime." Dit avec crainte le duc Roman, mais ne donna aucune indication qu'il allait se lever. Les yeux d'Alice brillèrent de remords et de douleur. Elle voulait se précipiter là-haut, mais son cousin l'a repoussée.
    "Très bien. Comme c'est comme ça, je vais vous aider. À partir d'aujourd'hui, vous n'êtes plus le ministre des Finances. Vous n'êtes plus un duc, mais un baron. Alice n'aura aucun titre pour toute sa vie. Tous les fonctionnaires Roman vont perdre trois rangs!" L'Empereur semblait être vraiment en colère maintenant. C'était la première fois qu'un ministre osait le menacer.
    Le duc Gordan plissa les yeux sans un mot. Il avait travaillé pour le gouvernement pendant tant d'années, alors naturellement, il comprenait la nature de l'Empereur. Personne n'était autorisé à contester l'autorité de l'Empereur. Le Duc Roman ne le savait-il vraiment pas?
    "Votre serviteur accepte votre ordre. Merci beaucoup, Votre Altesse, d'avoir épargné Alice." Le Duc Roman chancela alors qu'il se levait. C'était comme s'il avait vieilli de dix ans en un instant.

    L'Empereur renifla froidement puis jeta un coup d'œil au duc Gordan et lui dit: "Duc Hill, avez-vous des objections?"
    "Aucune, votre serviteur n'a aucune objection." Dit doucement le duc Gordan, la tête basse.
    L'Empereur jeta un coup d'œil au duc Roman, qui avait la tête baissée. "Humph!" Il partit, manches en l'air, sans se soucier que d'autres soient encore là. Bien sûr, dans ces circonstances, personne ne s'offusqua de l'attitude de l'Empereur.
    Naturellement, l'humeur du Duc Gordan a grimpé en flèche. Maintenant, il y avait un poste vacant pour le ministre des Finances, il devait trouver une personne de confiance à ce poste.
    Claire regarda Alice se précipiter pour soutenir le Duc Roman, son regard complexe, remplit toutes sortes de sentiments. Soudain, en un instant, elle se sentit envieuse d'Alice. Elle avait un tel grand-père qui la protégerait à tout prix. Il était vraiment louable qu'une telle situation existe réellement dans ce monde concurrentiel.
    Et ainsi, Alice et son cousin ont soutenu le Duc Roman alors qu'ils partaient lentement. Au moment où elle sortit, Alice se tourna et regarda intensément Claire.
    Claire comprit le regard.
    Une haine profonde, une haine incrustée dans les os!
    C'était une haine inconciliable!
    Et donc, la question a été traitée comme ça.
    Bien que le duc Gordan soit extrêmement heureux à l'intérieur, il a maintenu une expression insatisfaite.
    "Prince divin, heureusement, vous avez sauvé Claire aujourd'hui. Je vous remercie de tout mon coeur. Monsieur Cliff, vous avez fait un pas en avant courageux pour Claire aujourd'hui, je vous remercie avec le plus grand respect. Sir Lawrence, princesse divine, merci beaucoup pour votre défense aujourd'hui. Si cela ne vous dérange pas, puis-je inviter tout le monde à dîner pour exprimer mes remerciements?" Dit le duc Gordan, exceptionnellement cordial. Naturellement, il prévoyait quelque chose. Il avait vraiment eu de la chance aujourd'hui, obtenant la chance d'établir de bonnes relations avec ces personnes influentes, en particulier les gens du Temple de la Lumière. La relation entre l'autorité royale et le droit divin avait toujours été très subtile. Entretenir de bonnes relations avec eux à l’extérieur n’avait que des avantages.
    "Ce n'est rien, vos remerciement ne sont pas nécessaire. Ce n'était qu'un petit effort." De toute évidence, Leng Lingyun n'aimait pas les formalités, refusant discrètement avec tact.
    Naturellement, les autres n'étaient pas d'accord. Ils n'aimaient pas non plus de telles formalités.
    Le duc Gordan méritait d'être un vieux renard et il ajouta immédiatement."Eh bien, dans dix jours, ce sera l'anniversaire de Claire. J'espère que, le moment venu, tout le monde nous fera l'honneur de venir."
    "Oh, Claire, ton anniversaire est pour bientôt?" Demandèrent Cliff et Lawrence en même temps, souriant largement. Après avoir dit cela, les deux hommes se regardèrent en même temps.
    Claire était un peu perdue. Anniversaire? Elle se souvint qu'il semblait y avoir un jour comme celui-là, mais il semblait que tous étaient célébrés avec Mère. Elle n'en avait pas d'impressions profondes.
    "Qu'est-ce que l'anniversaire de mon disciple a à voir avec vous? Pourquoi es-tu si ému?" Cliff jeta un regard noir à Lawrence.
    "Claire est presque devenue ma disciple. En tant que son aîné, bien sûr, je tiens à envoyer un cadeau." Lawrence a dit un non-sens sans paraître gêné.
    "Pah! Depuis quand mon disciple chéri est presque devenu ton disciple, répète-le!" Cliff saisit Lawrence.
    Puis les deux s'en allèrent bruyamment, ne se souciant pas de tout le monde derrière eux.
    "J'irai certainement à l'anniversaire de Claire. Aujourd'hui, je vais juste partir. Je viens de rentrer dans la capitale et j'ai donc quelques problèmes à régler au temple de la Lumière." Répondit poliment Leng Lingyun.
    "Est-ce vrai? Génial! Nous serons honorés de votre présence." Gordan sourit légèrement mais était exceptionnellement heureux.
    Le choc a traversé les yeux de Liuxue Qing. Elle a presque pensé avoir mal entendu. Leng Lingyun avait accepté d'assister à un banquet ennuyeux? Il les détestait vraiment! De nombreuses dames nobles l'avaient déjà invité auparavant et il les avait toutes refusées, mais aujourd'hui, il avait accepté si rapidement. Était-ce vraiment parce que Xuanxuan aimait Claire?!
    "Princesse divine, avez-vous du temps avant de partir?" Les mots du duc Gordan ont ramené Liuxue Qing à ses sens.
    "Bien sûr. Je viendrai avec le prince divin." Liuxue Qing a souri chaleureusement, d'une manière extrême élégante.
    "Nous serions vraiment honorés." Le duc Gordan sourit largement, son humeur étant très évidente.
    Claire n'avait rien dit depuis le début, car elle se sentait mal à l'aise. Premièrement, quand la famille d'Alice avait perdu son statut, deuxièmement, à cause des actions du Duc Gordan. Claire savait clairement que leur chute de statut n'était pas due au fait que l'Empereur la protégeait excessivement, mais parce que le duc Roman avait fait de son mieux pour protéger sa petite-fille que l'Empereur était enragé et que cela avait abouti à cela. Soudain, Claire se sentit un peu en conflit. Si son existence allait un jour contre les intérêts du clan Hill, que choisirait le duc Gordan?
    Tout le monde a quitté le palais, il ne restait plus que Liuxue Qing qui montait dans sa calèche, son regard n'avait jamais quitté la boule de poile sur la tête de Claire. Lorsque la voiture a démarré, Liuxue Qing a légèrement levé les rideaux et a fixé à la silhouette qui devenait de plus en plus petite, fronçant les sourcils et réfléchissant. Soudain, les yeux de Liuxue Qing s'élargirent.
    Elle se souvint! Cette boule de poils était la boule de poils sur le dos du dragon noir qui était apparue le jour du vol du cadeau de la déesse de la Lumière!
    Liuxue Qing réprima son envie de crier et jeta un coup d'œil secret à Leng Lingyun, qui était assis à côté d'elle. Elle comprit que si elle le disait à Leng Lingun maintenant, cela ne ferait que la rendre détestable pour lui. Cette affaire devait être signalée au pape. Si elle le disait à Leng Lingyun après avoir confirmé, il ne serait pas trop tard. Si c'était vraiment lié à Claire, ce n'était pas nécessairement bon non plus. L'attitude de Leng Lingyun envers cette fille était de plus en plus proche. Si cela continuait, il y aurait des problèmes.
    Actuellement, Claire frottait sa tête avec celle de Petit Léopard, parlant au duc Gordan.
    "Claire, rentre à la maison. Puis qu’une telle chose s’est produite aujourd’hui, ta mère reviendra certainement te voir. Si elle savait que la relation entre ton père et toi est si mauvaise, elle en serait affligée." Naturellement, le duc Gordan connaissait la faiblesse de Claire, la guidant astucieusement.
    Claire n'a pas parlé. Elle ne voulait pas voir ce marquis Roger. Ce père n'a jamais été qualifié pour être père.
    "Si ta mère voyait cette situation, que tu as une famille que tu ignores, elle aurait le cœur brisé. De plus, ton anniversaire est proche, vas-tu rester chez Camille continuellement et laisser les invités venir me voir moi, un vieil homme débraillé? Quand ta mère reviendra, vas-tu la laisser fêter ton anniversaire chez Camille?" Dit doucement le duc Gordan. Il savait dans son cœur que dire cela ferait définitivement rentrer Claire à la maison.
    "Je comprends, grand-père. Demain, je reviendrai à la maison après avoir vu la vente aux enchères." Acquiesça Claire, comprenant.
    Le duc Gordan sourit et dit sa décision. "C'est très bien. Le moment venu, j'enverrai à Emery des billets en or. Si vous avez envie de quelque chose, envoyez simplement un signal. Traite-le comme un cadeau d’anniversaire." Claire respectait beaucoup Emery. Par conséquent, s’il la ramenait, comment pourrait-elle ne pas rentrer chez elle?
    "Compris. Mais mon amie restera chez M. Camille, car c'est mieux si elle ne voit pas Père." Dit Claire.
    "Pas besoin de t'inquiéter, je l'ai déjà grondé. Une telle situation ne se reproduira plus jamais. Tu devrais ramener tous tes amis." Bien sûr, le duc Gordan pensait à l'homme vêtu de noir et aux cheveux noirs.
    "D'accord." Claire fronça les sourcils, acceptant à contrecoeur. Puis elle monta sur le léopard du vent. "Donc, je retournerai chez Maître Camille et reviendrai le lendemain de la vente aux enchères."
    "Oui." Le duc Gordan sourit largement. 

     

    Chapitre précédent / Index / Chapitre suivant



    1
    Lady Tara
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 23:48

    Merci pour ces chaps ça faisait longtemps ^^ Gordan est toujours aussi manipulateur !

      • Lundi 17 Décembre 2018 à 19:22

        C'est triste pour Claire, ça fait douter de lui

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :