• Stunning edge 70

     

    Chapitre 70: Le père scandaleux de Claire

     

    Des sentiments complexes ont surgi dans le coeur d'Emery et tous les autres dans le hall principal. Avant, le marquis Roger ne s'intéressait vraiment pas assez à Mlle Claire. Pour être honnête, il ne s'en est jamais soucié auparavant. Les paroles de Mlle Claire semblaient maintenant parler de ce point.

    "Toi, toi -!" Le marquis Roger avait un peu le vertige. La personne devant lui avec des mots acérés était vraiment sa fille? En fait, elle le réprimandait devant autant de personnes.

    "Si le vénérable marquis n'a rien à faire avec moi, je vais prendre congé." Claire ricana, attrapa Summer, puis se tourna vers Ben et lui dit: "Allons-y."

    Ben se déplaça de manière méfiante. "Tu veux que je me débarrasse de lui?"

    "Non, maman serait triste." Dit Claire avec indifférence.

    Le marquis Roger entendit tout ce que les deux ont dit. Il était sur le point d'exploser de colère.

    "Arrêtez-vous, où allez-vous?" Cria le marquis Roger avec colère.

    "Qu'est-ce que cela a à voir avec toi? Respectable marquis, je pense que tu as à beaucoup de choses à faire. Aussi, si tu veux prendre le risque de me bloquer, je ne pense pas que quelqu'un pourrait arrêter mes amis ici!" Dit Claire froidement, puis elle emmena Summer et Ben.

    "Jean! Restez. Que se passe-t-il?" Le marquis Roger appela furieusement Jean.

    Jean baissa légèrement la tête. "Monsieur, je suis le protecteur de Miss et je ne peux donc pas rester. Attendez que le duc revienne et vous comprendrez ce qui se passe. " Dit Jean, ni servile ni dominateur, puis il suivit également Claire et partit.

    Les gens dans le hall principal qui étaient toujours là se regardèrent, consternés. Emery était aussi silencieux. Bien que le marquis Roger ait été abordé si brutalement, pour une raison quelconque, une trace de fierté était en fait apparue sur son visage. En fait, tout le monde connaissait les capacités du marquis Roger. Il n'était pas un génie mais pas un idiot non plus. On pourrait seulement dire qu'il était moyen. En outre, son principal point faible était qu’il était trop impoli et ne savait pas comment réagir à certaines situations. C'est pourquoi le duc l'envoyait travailler à la frontière. Emery soupira légèrement. Comment le duc traiterait-il cette affaire?

    "C'est contraire, tout est en fait à l'opposé de ce qui est censé se passer!" Le marquis Roger était tellement en colère qu'il était sur le point d'exploser. Il pouvait simplement laisser tomber le fait que Claire l'ait offensé, mais un petit chevalier avait en fait osé aller contre ses ordres.

    Le groupe de personnes de Claire a quitté le château du duc. Summer inclina la tête et dit: "Claire, que faisons-nous maintenant? On dirait que je t'ai obligé à partir de chez toi."

    Claire leva un sourcil en riant."Il y a un bon endroit où nous pouvons aller."

    "Quel endroit?" Dit Summer avec des yeux écarquillés.

    "Allons-y." Les yeux de Claire s'ouvrirent alors qu'elle amenait les trois personnes derrière elle dans une rue.

    Claire guida le groupe de personnes dans les rues puis s’arrêta devant une grande maison blanche.

    "Waouh, cet endroit est très joli." Summer regarda la clôture blanche avec des vignes vertes qui la recouvraient, les yeux écarquillés, jetant la situation désagréable qui venait de se passer loin de son esprit.

    "Tant que tu l'aimes, c'est bien." Claire leva un sourcil et sourit avec une intention malveillante.

    Peu après avoir sonné à la porte, des pas résonnèrent de l'intérieur.

    L'instant suivant, Camille, qui souriait comme le vent du printemps, apparut devant leurs yeux.

    "Bonjour Professeur, j'ai amené des amis vous rendre visite." Dit Claire. Avant que Camille ne puisse parler, elle a fait passer Summer en premier.

    Camille sourit gentiment alors qu'il suivait par derrière et dit doucement: "Claire, comment pouvez-vous avoir le temps de venir aujourd'hui? Et vous avez amené beaucoup d'amis, ne devriez-vous pas me les présenter? "

    "C'est Summer, voici Ben, et voici mon chevalier Jean qui n'a pas besoin d'être présenté." Claire a emmené Summer pour s'asseoir sur un canapé. Elle a souri en regardant Camille et a dit à tout le monde: "Tout le monde peut s'asseoir, inutile d'être poli. C’est mon élégant et gracieux professeur, aux multiples talents bien connus dans la capitale, Camille. "

    Le cœur de Camille flotta, souriant toujours comme le vent du printemps. Il dit doucement: "Tout le monde, pas besoin d'être poli. Asseyez-vous, je vais faire du thé. "

    Claire se leva et suivit Camille par derrière. "Maître, je vais vous aider."

    Les deux allèrent verser du thé. Summer regarda la pièce remplie de décorations et ses yeux se transformèrent en cœur. Le sentiment que cela donnait aux gens était très confortable.

    Claire se tenait à côté de Camille et dit à voix basse."Professeur, celui qui lorsqu'il rencontre des gens, les fait tomber amoureux, et lorsqu'il rencontre des fleurs, les fait s'épanouir."

    "Qu'est-ce qu'il y a?" Demanda Camille en faisant gracieusement le thé

    "Nous devons vivre avec toi ici pour le moment. Pas de problème, non?" Claire fit un sourire innocent et pur.

    La théière dans la main de Camille faillit tomber alors que sa main tremblait. Il sut enfin pourquoi elle le louait tout à l'heure.

    "Petite fille, qu'est-ce que tu veux faire?" Camille écarta les dents, sa bouche ne bougeant pas alors qu'il souriait.

    Claire a également souri. Elle dit entre ses dents: "Je me suis simplement disputée avec mon père indigne et je n'ai plus d'endroit où rester. Je n'ai pas d'argent, mais tu es un hôte qui en a, c'est pourquoi je suis venu chercher refuge chez toi."

    "Va gagner de l'argent toi-même. La porte de la guilde des mercenaires est très large." Camille parlait toujours avec les dents serrées.

    "Avant d'avoir gagné de l'argent, nous resterons ici." Claire sourit vivement. "Je pense que la réputation de l'enseignant doit également être préservée correctement, Roi Assassin."

    "Je prendrai ma revanche tôt ou tard, petite fille." Camille sourit aussi doucement que le vent en apportant la théière. "Tenez, Summer, Ben, Jean. Pourquoi ne buvez-vous pas du thé? Vous êtes tous les bienvenus chez moi."

    "Vraiment? On peut vivre ici? Ça ne vous dérangera pas?" Cria joyeusement Summer.

    "Certainement pas." Dit Camille, exceptionnellement grave.

    "Alors merci beaucoup. Le professeur est vraiment une bonne personne" dit Summer avec émotion.

    Camille se tourna vers Claire, révélant un doux sourire.

    Une dague cachée dans un sourire, Claire pensa soudain à cette expression.

    Pendant ce temps, au château Hill, dans le bureau, le visage du duc Gordan était sombre alors qu'il s'asseyait devant le bureau, le marquis Roger se tenant sur le côté, la tête baissée.

    "Roger, que puis-je dire de toi? Quand pourras-tu changer ton comportement grossier?" Gordan soupira. Un peu chagriné et se lamentant, il dit: "Comment puis-je me sentir à l'aise en confiant le clan Hill entre tes mains?"

    "Père, je…" Roger voulut parler, puis s'arrêta.

    "Peu importe. Vraiment, il est difficile de te reprocher d’avoir agi de cette façon. La fille qui était autrefois la plus décevante est devenue la plus travailleuse et la plus éblouissante, personne ne peut l'accepter dans un si court laps de temps." Le duc Gordan soupira légèrement.

    "En d'autres termes, tout est vrai?" Demanda Marquis Roger, étonné: "Gagner la rude concurrence contre un étudiant du pays de Lagark, devenir le disciple de Sir Cliff, résoudre l'épidémie de Niya City? J'ai pensé…"

    "Tu pensais que c'était moi qui tirais les ficelles dans les coulisses?" Le duc Gordan soupira légèrement puis se leva. "Avec ma personnalité, qui pensez-vous que je choisirais de pousser en avant?"

    "Lashia." Répondit Roger sans réfléchir.

    "C'est vrai. Depuis qu'elle est petite, le halo autour de sa tête ne s'est jamais arrêté de grandir. Je veux pousser Lashia vers la position la plus haute possible, pas Claire qui a toujours eu une mauvaise réputation. "Duc Gordan dit solennellement:" Mais, laisse-moi te dire que je n'ai pas du tout poussé Claire, tout a été fait par Claire elle-même. "

    "Quoi?!" L'expression de Roger était complètement incrédule, complètement surprise.

    "En ce qui concerne les deux personnes qu'elle a ramenées, je ne sais pas ce qui rend cette fille spéciale, mais l'homme n'est certainement pas ordinaire. Je veux qu'il devienne un homme de main du clan Hill. Ton comportement aujourd'hui m'a gravement déçu." Le ton du duc Gordan était un peu lourd.

    "Père, je suis désolé, je n'ai jamais pensé que c'était comme ça." Roger s'excusa, un peu terrifié.

    "Mais je ne peux pas t'en vouloir complètement. Il est un peu difficile d'accepter cette affaire choquante. À l'heure actuelle, Claire semble avoir amené ses amis dans la maison d'un autre professeur, chez l'érudit Camille. Laissez-les d'abord y vivre." Dit avec profondeur le duc Gordan.

    "Mais père, n'as-tu pas dit que tu voulais que ce jeune homme vêtu de noir assiste le clan Hill? Je vais d'abord régler les problèmes avec lui, puis leur demander de revenir." Dit Roger avec anxiété.

    "Ce n'est pas nécessaire. L’affrontement intense que tu as eu avec Claire tout à l’heure ne peut pas être résolu en peu de temps. L'homme vêtu de noir et la petite fille traitent Claire comme leur chef. Si tu essayes de résoudre le problème maintenant, l'effet inverse se produira. Ce qui est le plus important, c’est d’apaiser lentement les tensions avec Claire."Dit le Duc Gordan en réfléchissant, il soupira lentement "Roger, tu dois voir le coeur du problème, voir clairement la nature des gens, et être calme, pas facilement être atteint par la colère, ne pas être impoli."

    "Oui. Je me souviendrai des instructions de Père." Dit Roger, un peu honteux, la tête basse.

    "D'accord, va. Tu viens d'arriver et tu as besoin de te reposer." Le duc Gordan leva la main pour indiquer à Roger de partir.

    "Père, je veux d'abord aller au palais impérial et voir Katherine." Lorsque Roger dit cela, une lueur de douceur apparut dans ses yeux.

    "Vas-y." Un sourire apparut également sur le visage du duc Gordan. Le talent de Roger était un peu médiocre, et il était aussi un peu impoli, mais il était vraiment sincère avec Katherine, très doux et attentionné. C'était au point que Katherine était prête à rompre sa relation avec sa famille pour revenir avec Roger et perdre son nom de famille d'origine en le changeant en Hill.

    "Oui père. Je vais d'abord prendre congé." Roger se retira.

    Le duc Gordan poussa un long soupir, puis appela "Emery".

    Emery ouvrit doucement la porte et demanda: "Monsieur, vous m'avez appelé?"

    "Va chez Camille et dis à Claire de rentrer chez elle une fois que leur colère aura disparu. Si elle a besoin de quelque chose, elle n'a pas besoin d'hésiter à demander, je vais envoyer des gens." Dit doucement le duc Gordan.

    "Oui monsieur. Je vais y aller maintenant." L'esprit d'Emery se détendit. On dirait que l'amour du duc Gordan pour Claire avait déjà dépassé ses attentes.

     

    Important sondage pour nouveau novel

     

    Chapitre précédent / IndexChapitre suivant



    1
    Lady Tara
    Mercredi 10 Octobre 2018 à 22:34

    Merci pour le chap ^^

    2
    Mehlroth
    Mercredi 10 Octobre 2018 à 23:07

    Merci pour le chapitre

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :