• Dokidoki chapitre 40

     

    Chapitre 40 - Le baiser, le chien et le loup [2]

     

    "Ne t'ai-je pas dit que tu n'as pas être si prudent? Ça, c'était juste une blague. "

    "Aah, d'accord d'accord. OK OK."

     Compatissez gentillement avec moi, qui a presque été embrassé par un mec. Il n'y a aucun moyen que je te pardonne si facilement alors que tu me taquinais d'une telle manière pendant que je déprimais sérieusement.
     Il était nécessaire de le dire clairement à ce type qui ne connaissait même pas une chose aussi simple. M'étant décidé, je fis à nouveau face à Ichigo-chan et fis une expression sérieuse.

    "Eh bien, assieds-toi, Ichigo-chan."

    "'Kay."

     Je m'assis les jambes croisées sur le lit et j'obligeais Ichigo-chan à s'asseoir en seiza sur le sol.
     Comme Ichigo-chan est venu directement à la maison après l'école, à part son uniforme scolaire, il n'avait naturellement rien apporter. En tant que tel, je l'obligeais obligatoirement à porter ma tenue de chambre. Cependant, devrais-je dire 'comme prévu' ou 'c'était sûr', il semblait trop serré. Eh bien, notre différence de taille était de plus de 10 cm après tout. Peut-être que je devrais être heureux qu'il soit au moins capable de le porter.
     Poussant le bout de mes lunettes à monture noire, je le pointe sévèrement.

    "Je vais vraiment te jeter dehors si tu refais ça. Et je ne t'écouterai plus jamais. Ok?"

    "Aye."

    "Sois gentil alors. Je vais maintenant envoyer un message d'excuses à Soutarou."

     Battre le fer tant qu'il était chaud. Je voulais me réconcilier rapidement avec Soutarou. Je ne pouvais pas me concentrer sur les tests de fin de trimestre quand je me sentais si triste et je ne pourrais pas profiter des vacances d'été.
     Avec ces pensées, je tenais le smartphone avec mes deux mains et m'allongeais. Je réfléchis désespérément à quoi taper mais rien ne me vint à l'esprit.

     Soutarou était probablement en colère parce que j'avais pourchassé Ikuto à ce moment là. Il est fâché que je me sois précipité dans une entreprise aussi dangereuse, même si, à moi seul, je n'aurais pas pu aider du tout. Je le sais.
     Alors, m'a-t-il ignoré tout à l'heure parce que nous nous sommes rencontrés après nous être querellé et que c'était gênant? Ou était-ce à cause de la jalousie comme l'avait dit Ichigo-chan? Je n'étais pas sûr de cela.
     Pourtant, il semble que j'étais assez obtus. Que devrais-je faire si je me fais encore une fausse idée et que je suis de nouveau en colère contre Soutarou? Nous ne pourrons peut-être pas revenir à comment nous étions dans le passé.

    Avec l'application encore ouverte, je saisis le smartphone fermement.
     La dernière fois que j'avais envoyé un message, c'était le jour de l'incident avec Ichigo-chan. Nous n'étions plus restés en contact depuis. Même si nous nous contactions tous les jours avant cela. Même si je n'avais rien à lui dire, maintenant que j'y pensais, les messages que j'avais envoyé étaient creux sans contenu réel. Sans réfléchir, mes doigts bougeaient simplement.
     En dépit de cela, maintenant, quand j'avais des choses que je voulais vraiment transmettre, rien ne me venait à l'esprit. Mes doigts tremblaient.

     Ne m'ignore pas comme ça. Appelle moi comme d'habitude.

    "Mako."

     Mes épaules tremblèrent de surprise.
     Celui qui m'avait appelé 'Mako' n'était évidemment pas Soutarou, mais Ichigo-chan.

    Je le savais. Cependant, le timing était si coïncident que j'avais été surpris.

    "Tes mains ne bougent pas."

     Je regardais Ichigo-chan. Ichigo-chan mit de côté le manga qu'il lisait et regarda dans ma direction.
    Presse, je mis plus de force dans ma main qui tient le smartphone. 

     J'avais vraiment peur qu'il ignore mon message même s'il l'avait lu. Normalement, je ne m'en soucierai pas du tout mais j'ai le sentiment que nous ne pourrons jamais nous réconcilier s'il m'ignorait dans cette situation.
     C'est pourquoi, il vaut mieux s'excuser en face-à-face. Allons à la maison de Soutarou demain et présentons des excuses. Si j'ai l'impression qu'il va s'enfuir, je pourrais l'immobiliser avec des mouvements de catch ou autre chose et lui crier dessus pour le faire écouter ce que j'ai à dire.

    "C'est bien. Je vais m'excuser auprès de lui en face-à-face demain. Je dors."

    "Rendez-vous donc. En fait, il est encore 21h, tu sais. N'est-il pas trop tôt pour dormir?"

     Ichigo-chan baillait en lisant le fameux manga pirate sur la recherche d'un grand trésor dans la mer. C'était à l'origine déjà dans ma chambre. Au fait, je ne l'avais lu que jusqu'au volume 20. C'était jusqu'à la partie où cette princesse aux cheveux bleus jouait un grand rôle. Pourtant, pour une raison quelconque, la collection complète de volumes se trouvait ici.
     En plus de cela, il y avait le célèbre manga de basket-ball, Strawberry Underwear Falls in Love à 100% et d'autres manga un peu vieux mais encore célèbre réunis ici.

    "Alors, devrions-nous jouer à un jeu? Game of Live, peut-être?"

     Marchant avec mes genoux, je m'approchais de l'étagère contenant le logiciel de jeu et lui passais un logiciel que j'avais choisi par hasard.
     Cependant, Ichigo-chan ne semblait pas très intéressé. Rapidement, il laissa le logiciel sur le futon et bruissement il commença à fouiller dans l'étagère de livre.

    "Hm, t'as pas quelque chose d'autre?"

    "Ichigo-chan est sûrement difficile. Tu peux regarder autour de toi comme tu veux, alors trouve-le toi-même."

     A ce moment-là, arriva une notification annonçant que j'avais reçu un message.
     Prenant mon téléphone sur le lit, je baissais négligemment mon regard. Et, surprise, un message de Soutarou était arrivé. Avec mes doigts tremblants, j'avançais et me mis à lire son contenu.

    "Mako, je peux t'appeler?"

     C'était juste une phrase, mais j'étais assez content pour verser des larmes.
     Je ne m'attendais pas à ce que Soutarou me contacte de son côté. Même s'il appelait pour me gronder ou pour une raison similaire, je serais heureux. Je pourrais parler correctement à Soutarou. Cela seul me rendait heureux.

    "Désolé, Ichigo-chan. Puis-je passer un appel? "

    "C'est lui?"

     "Lui" faisait probablement référence à Soutarou.
     L'expression d'Ichigo-chan se troubla légèrement et un sillon se forma entre ses sourcils. Son sanpakugan pointu devient encore plus pointu et je me rétrécissais inconsciemment. Cela arrive un peu tard, surtout après avoir dit tout ce que je voulais, mais je serai probablement sans défense si j'étais frappé ou ligoté par Ichigo-chan.

    "C'est vrai ... Soutarou a dit qu'il voulait m'appeler. Je pense que ce sera fini rapidement alors lis le manga ou quelque chose et attends, d'accord, Ichigo-chan."

    "Je ne veux pas."

    "Huh?"

     Qu'est-ce qu'il disait.
     Tenant mon téléphone, je me tenais devant la porte et regardais Ichigo-chan qui me regardait. Plusieurs dizaines de secondes passèrent silencieusement comme ça. En concluant que c'était inutile quoi que je dise d'autre, je tournais le dos à Ichigo-chan et essayais de quitter la pièce.

    "Laisse-moi t'embrasser alors."

     Je me retournais par réflexe devant les mots choquants.

    "Comment est-on arrivé à ça? Je ne veux pas."

    "Alors montre moi tes sous-vêtements. Sous-vêtements."

    "Arrêtes de déconner. Lis le manga là-bas ou quelque chose d'autre. Tu peux voir des sous-vêtements des lycéennes tu sais. "

     Pointant les sous-vêtements de Strawberry Underwear 100% , je le chassais brutalement.
     Cependant, Ichigo-chan se leva lentement et marcha vers moi. Bien que je disais "marche vers moi", c'était une petite pièce de 8 tatamis donc il arriva devant mes yeux après juste un ou deux pas.

    "N'étais-tu pas en train de parler avec moi. Pourquoi est-ce que tu passes un appel? Les messages ne sont-ils pas mieux? Tu ne seras certainement pas de retour avant environ une heure si tu appelles."

    "J'y vais juste pour 15 minutes."

    "Je ne veux pas. N'est-ce pas bien d'appeler 'demain'?"

     Ichigo-chan qui s'approchait lentement était extrêmement effrayant. Y compris avec Prince, c'est la deuxième fois que j'étais pressé contre le mur dans une pièce, mais c'était différent d'avec Prince, c'était assez intense.
     Prince était érotique mais c'était comme si un chaton jouait avec moi. Ichigo-chan ressemblait à un animal sauvage ou un oiseau de proie alors, je sentais le danger.
     Nos visages se rapprochaient encore plus parce qu'il était passé d'un kabedon à un hijidon [1]. Même si je sentais l'intensité devant mes yeux, la façon dont son visage sublime avançait avec brio, ressemblait à un manga shoujo. Non, c'était en fait un BL.

    "Demain c'est pas bon. Soutarou aussi a probablement prit le courage de me contacter. C'est pourquoi je dois lui répondre immédiatement. Ce n'est pas bien si je ne lui réponds pas tout de suite. "

    "Ah, c'est ainsi. Mais toujours pas."

     Ichigo-chan s'empara de mon smartphone et l'envoya voler sur le lit.
     Heureusement, il atterrit sur le futon donc je ne pensais pas qu'il soit cassé, mais je ne pouvais qu'ouvrir et fermer ma bouche à plusieurs reprises comme un poisson rouge en réponse à sa chaîne d'actions qui pouvait être considérée comme «surprenante».

    "Qu'est-ce que tu fais! Sérieusement, Ichigo-chan. Soutarou attend vraiment mon appel."

     Je me sentais excessivement angoissé quand j'imaginais que Soutarou pensait peut-être que je l'ignorais malgré la lecture de son message.
     Peut-être qu'Ichigo-chan n'avait pas remarqué mon état d'esprit, il caressa ma joue et me caressa le menton. Ne comprenant pas l'intention d'Ichigo-chan, je clignais des yeux en regardant son visage.

    "Est-ce que Makoto n'a pas de barbe qui pousse? Az si peu. "

     Euh, est-ce quelque chose dont nous devons parler maintenant?
     Quand je me baissais pour échapper au coude qui faisait le hijidon, il m'enlaça doucement. Au lieu d'enlacer, il serait peut-être plus proche de dire saisi. De cette façon, il me jeta alors sur le lit comme il l'avait fait pour le smartphone tout à l'heure. C'est à ce moment-là que je réalisais enfin le péril dans lequel mon corps était.

    "Ne t'ai-je pas dit que tu n'as pas à être si prudent? Je ne ferai rien, je te l'ai dit, non? Ya? "

    "Je sais. Je vais croire tes mots pour le moment, assis-toi là. "

    "'Kay."

     Ayant été jeté sur le lit, je me relevais d'une façon ou d'une autre tandis que mon esprit et mon corps étaient affaiblis et s'affalaient à moitié vers le sol.
     Même si Ichigo-chan par calcul confisqua mon téléphone, il s'assit docilement sur le sol. Il ne me rendit pas mon téléphone en dépit de son obéissance, hein.
     C'était génant, je ne pouvais pas passer un coup de fil, mais ce sera encore plus troublant s'il ciblait par curiosité mes fesses ou mes lèvres ensuite.

    "Ok. Je ne vais pas passer d'appel. Tu ne veux pas au moins me laisser répondre."

    "Ça ne peut pas être changé, hein."

    "Comment tu le dis, c'est vraiment déplaisant. Bien, peu importe. Accorde moi un instant."

     Je lui fis me rendre le téléphone et avant qu'il ne change d'avis, je commençais à penser à quoi taper.
     D'une manière ou d'une autre, c'était juste mon instinct, mais je pensais que je ne devrais pas dire à Soutarou que j'étais avec Ichigo-chan. Je soupçonnais que seuls les gens qui ne pourraient pas lire l'atmosphère lui diraient ça. Au contraire, j'ai l'impression que les choses deviendraient plus gênantes.

    "Pouvons-nous nous appeller demain? D'une certaine manière, je ne pense pas pouvoir bien parler avec toi maintenant."

    À l'instant où j'envoyais le message, le mot «Lire» apparut à côté.
     Et quelques secondes plus tard, une réponse arriva. Gulp, j'avalais ma salive et lisais les mots qui avaient été reçus.

    "Puis-je venir te voir demain alors? Je viendrai te chercher à 11h alors mangeons ensemble."

    "C'est très bien. Merci."

    Répondant seulement ça, j'ai posé le smartphone.
     C'était la première fois que j'ai tellement hâte d'être «demain». Je voulais me dépêcher, rencontrer Soutarou, et lui dire quelque chose. Pas seulement "je suis désolé". J'ai beaucoup à lui dire. Il y avait tellement de choses que je voulais lui dire après n'avoir pas parlé pendant 1 jour et demi.
     Honnêtement, je veux lui parler aujourd'hui mais s'il y a encore un 'demain', alors 'demain' c'est bon. Demain c'est bien si je pouvais le voir.

    "Makoto, as-tu fini de répondre?"

    "Aah. Je vais rencontrer Soutarou demain. 11h. "

    "Rendez-vous donc."

    Réprimant mon cœur joyeux et flottant, je m'allongeais sur le lit.
     Alors, devrais-je mémoriser de l'anglais? En ouvrant le livre de vocabulaire, mes jambes s'agitait.

     Sans un mot, Ichigo-chan grimpa sur mon lit. C'était une situation surréaliste où deux types de 1,78 et 1,90 m, étaient allongés sur un lit simple.
     Pris en sandwich entre Ichigo-chan et le mur, je levais la tête du livre de vocabulaire et jetais un coup d'œil de côté. Ichigo-chan était parti à la recherche du Grand Trésor de One Piece.

    "Ichigo-chan, sors du lit."

    "Pourquoi."

    "Parce qu'on est trop serré."

     Je le poussais avec mon coude mais Ichigo-chan ne bougeait même pas. Au lieu de cela, il se rapprocha encore plus de moi.

    "Oi. Comme c'est ennuyeux."

     Malgré mon regard noir, son regard restait toujours accroché au livre et il ne fit rien d'autre que de rire. Il semblait qu'il n'allait pas partir du tout.

    "Pourquoi pas. N'est-ce pas juste dormir?"

    "C'est un obstacle parce que c'est pour dormir. Je ne peux pas dormir si c'est trop serré. "

    "Je vais te tenir la main alors."

     Comment était-ce arrivé? Peut-être que mes sentiments étaient projetés trop évidemment sur mon visage. Le sourire d'Ichigo-chan devint encore plus large.
     Avec une expression perplexe toujours sur mon visage, qui surgissait à cause de mes émotions envers ce gars dérangeant et gênant, j'étais incapable de dire quoi que ce soit et je restais immobile comme ça.
     Par la suite, après quelques secondes. Le premier à concéder fut moi. En poussant un profond soupir, je baissais mon regard vers le livre de vocabulaire.

    "D'accord pour la main. En échange, je te chasserai si tu prends plus de place."

    "'Kay'."

     C'était serré, il faisait chaud et c'était un obstacle. Mais c'était inutile même si je disais autre chose alors je décidais de laisser le problème tranquille.
     Plus important encore, demain. Que devrais-je dire en premier quand je rencontrerai Soutarou demain? Que dira Soutarou? Il y a tellement de choses à penser qu'une seule tête ne suffirait vraiment pas.


    [1] Kabedon (don de mur), hijidon(don de coude). Premier: acculé contre le mur avec sa paume contre le mur. Dernier: même chose mais avec le coude au lieu de la paume.

     

    Chapitre précédent / IndexChapitre suivant



    1
    Lady Tara
    Jeudi 26 Avril 2018 à 15:32

    Ouah... Situation dangereuse !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :