• Dokidoki chapitre 26

     

    Chapitre 26 - La Troisième Roue, le Chevalier et la Princesse (3)

     

    Courir dans le couloir vêtu d'un uniforme scolaire trempé, avec cette apparence, je dois être un spectacle assez risible. C'est embarrassant parce que j'ai l'impression d'être intimidé, mais ce n'est pas le moment d'être gêné.

    Je dois trouver Madoka et d'une façon ou d'une autre mettre fin à ce développement. Maintenant, où est cette Madoka cruciale en question?

    En marchant et en regardant autour de moi, je remarquai Soutarou qui était sur le point d'entrer dans la salle du club.

    Juste comme j'allais l'appeler, Soutarou me remarqua et se retourna brusquement. Et puis son sourire habituel qui remplissait son visage apparu, il semblait dire "C'est Mako! Makomako, pourquoi es-tu ici ~? Es-tu venu me voir ~? ". D'une certaine manière, j'ai l'impression d'élever un chien.

    "Y-yo, Soutarou."

    Soutarou ferma la distance d'un trait et serra fermement mon épaule. Et puis avec un frottement frottement , il a frotté sa joue contre ma tête.

    Quel mec étouffant. Mais aucun sentiment désagréable n'est apparu. Au contraire, j'en suis même venu à le trouver mignon.

    "Mako ~! Pourquoi es-tu ici? Pour quoi es-tu venu ici? Eh, pourquoi es-tu trempé?"

    "So-Soutarou ...... si tu poses autant de questions à la fois je ne peux pas y répondre."

    "Ah désolé."

    Soutarou fait ku ~ un ku ~ il ressemblait à un chien abandonné alors qu'il me regardait avec inquiétude.

    "Plus important encore, as-tu vu une fille en tenue de tout les jours par ici?"

    "Une fille en tenue décontractée? Ahh, je l'ai vue courir vers la cour. Y a-t-il quelque chose qui ne va pas?"

    "Ah, juste un petit problème."

    Je l'ai remercier avec un sourire tout en courant vers la cour.

    "Mako! Ce n'est pas par là. La cour est dans la direction opposée ! "

    J'ai paniqué et changer de direction après que Soutarou l'eût signalé.

    Izumino Gakuen a été fabriqué en ajoutant des constructions à plusieurs reprises, de sorte que la structure du bâtiment est compliquée. C'est une source d'inquiétude à chaque fois pour une personne ayant des problèmes de direction comme moi.

    En regardant la cour du deuxième étage du bâtiment de l'ancienne école, j'ai vu une fille en tenue décontractée debout là. C'est Madoka.

    Par pure coïncidence, Madoka se retourna, de sorte que notre regard se rencontra progressivement. Madoka a fait une grimace comme si elle avait peur. Peut-être qu'elle savait que je la pourchassais, quand elle s'est échappée en courant.

    "Attends! Madoka-san, j'ai quelque chose à dire!"

    Saisissant le cadre de la fenêtre, je penchai mon corps hors de la fenêtre.

    Malgré m'avoir entendu, Madoka a essayé plus fort de s'échapper. Au contraire, c'est peut-être précisément parce qu'elle a entendu ma voix qu'elle a essayé plus fort de s'échapper.

    "Attends, j'ai dit!"

    À un moment comme celui-ci, s'il était le héros d'un manga shoujo, il sauterait probablement froidement du 2ème étage et apparaîtrait galamment devant Madoka, mais je n'ai pas ce genre de courage.

    Ah, mais elle est déjà loin.

    Il y a environ 3 mètres du 2ème étage au 1er. Puisque le vent est fort, si je me balance d'un bon endroit, ne serai-je pas capable d'éviter une grosse blessure et d'atterrir en toute sécurité? Je serai très cool si je fais ça, hein.

    J'ai pris ma résolution et planté mon pied sur le cadre de la fenêtre.

    "Madoka-san!"

    En entendant ma voix, Madoka se retourna lentement.

    Choquée par ma conduite, les yeux de Madoka s'élargirent. Plaçant sa paume blanche contre ses lèvres, elle laissa échapper un cri.

    "Toi! Qu'est-ce que tu fais. S'il vous plaît, arrête. Que faire si tu es blessé! "

    "Tout ira bien. Attends-moi."

    Debout sur le cadre de la fenêtre, je laisse mon corps tomber en me détendant, réduisant autant que possible l'impact.

    Mon rythme cardiaque a accéléré malgré que j'ai dit que tout irait bien. J'ai tapoté ma poitrine de soulagement dès que mes pieds ont atteint la pelouse. Mais étonnamment, on peut faire n'importe quoi si on le veut, hein.

    "Sauter du 2ème étage, c'est dangereux."

    Madoka se précipita, attrapant précipitamment mon bras.

    Je me sentais un peu mal à l'aise de recevoir une réprimande sérieuse inattendue.

    "N'est-ce pas parce que Madoka-san s'est enfuie de moi ......"

    "Evidemment que je vais m'enfuir. J'ai blessé ton imouto-san, tu sais."

    Presser, plus de force a été mis dans la main tenant mon bras.

    Surprenant son expression et son attitude, je pense qu'elle n'a certainement pas fait mal à Mitsuki à dessein.

    Mitsuki, à la manière de Mitsuki, est naturellement simple et excessivement souple, et réalise facilement des chose avec une attitude aussi mignonne que si c'était réalisé par des filles réelles. Ca frotte probablement les gens dans le mauvais sens du poil. Avec cela comme impulsion, elle l'a poussée sur le moment, par hasard elle est tombée dans la piscine, et par hasard elle s'est tordu la cheville, ainsi c'était cela?

    Moi aussi, je suis content que je n'ai pas frappé Madoka par impulsion. Bien qu'imparfait, le moi actuel est sans aucun doute un lycéen, et c'est mauvais de frapper une fille frêle, c'est vrai. Je vais réfléchir.

    "C'est, eh bien, qu'une blessure est été infligée à mon imouto me dérange."

    "Je le savais. Tu es en colère, c'est vrai. "

    "Bien sûr que je suis en colère."

    Il n'y a aucun moyen que je ne sois pas fou quand la Mitsuki superbement mignonne est blessée. En fait, je suis un siscon, tu sais.

    Les grands yeux de Madoka devinrent humides.

    Qu'est-ce que c'est que ça. La reine de glace pleure, mais que dois-je faire?

    Je ne m'attendais nullement à ce qu'elle se mette à pleurer brusquement. Être exposé au vent froid du début de printemps tout en portant l'uniforme scolaire qui est trempé après avoir sauté dans la piscine, je suis celui qui veut pleurer. On est encore en mai, tu sais. C'est follement froid. Penser qu'elle va pleurer juste parce que j'ai répondu "Je suis en colère" lorsqu'elle m'a demandé "tu es en colère?", Que dois-je faire?

    "Ne pleure pas. Je ne suis plus en colère maintenant. "

    "Mais tu as dit ça. Yasuchika et toi êtes en colère, et Junya est introuvable. "

    J'ai été surpris par Madoka qui a laissé s'écouler de grosses gouttes de larmes. Que font les gars normaux pour réconforter les filles qui pleurent? Que devrais-je faire?

    D'abord, repensons à l'époque où j'étais une fille.

    Lorsque je réconforte mon amie, pour commencer, j'initiais avec désinvolture un contact corporel, "Geez, ne pleure pas tellement ~. Que dirais-tu de faire du karaoké ou quelque chose pour changer de rythme? " Comme ça, j'avais réussi d'une manière ou d'une autre à la distraire de la source de sa tristesse.

    Mais ce n'est pas possible pour le moi mâle de faire ça à Madoka. D'ailleurs, Madoka et moi n'avons pas une relation si proche. En premier lieu, la méthode réconfortante entre les femmes et les hommes du sexe opposé est différente.

    Mais Takayanagi, il a envoyé cette gifle sans ménagement. Il aurait pu se retenir, mais la joue gauche de Madoka était devenue rouge.

    "Hey, ça, il vaut mieux le refroidir."

    Ma main droite a légèrement touché la joue rougie.

    Peut-être que c'est douloureux comme prévu, les épaules de Madoka se sont mises à trembler.

    "Il y a des activités de club aujourd'hui, si nous sommes chanceux, l'infirmerie devrait être ouverte. Allons y."

    "Toi, n'as-tu pas entendu? Je suis déjà détesté par Yasuchika ...... "

    D'une manière ou d'une autre, il est devenu difficile de penser.

    Depuis longtemps les hommes portent le courage, les femmes portent l'amour et les moines portent des sutras. Puisque je n'ai pas d'autre choix que de le faire, cela ne peut pas être changé. Je vais juste parler de ce que j'ai en tête.

    "Comme. J'ai dit. Il ne te déteste pas. Vous allez vous quereller si vous êtes amis. C'est beaucoup plus étrange que tu ne te sois jamais disputé avec lui jusqu'à maintenant."

    "Mais, après s'être querellé, il est difficile de revenir à la relation d'avant. Tout le monde me quitte après qu'on se soit querellé."

    "C'est parce que Takayanagi-senpai et Junya-senpai ont accepté de tout l'égoïsme de Madoka-san que vous ne vous êtes pas disputé. Mais ce n'est pas ce que sont les amis. Un laquais, un esclave ou un serviteur, c'est comme ça qu'on l'appelle. Les amis n'écoutent pas tout ce que disent leurs amis. Même si vous vous cognez la tête ou vous querellez, tant que vous vous excusez, vous redevenez amis. Vous devriez dire 'désolé' dans des moments comme celui-ci. "

    Était-ce un peu douteux?

    Mais Madoka a un côté enfantin, donc j'ai le sentiment que quelque chose à ce niveau est correct.

    "Est-ce vrai?"

    "Il en est ainsi. Eh bien, d'abord fait le avec moi. Je vais dire 'je suis désolé', alors Madoka-san répondra 'c'est bon'. Puis Madoka-san et moi nous entendrons mieux et deviendrions amis. C'est bon? "

    Madoka arrêta de pleurer et me regarda avec perplexité.

    Même si Madoka est légèrement plus grande que Mitsuki, à peu près à la même hauteur que moi, elle semble considérablement délicate.

    Eh bien, le moi qui était une femme n'était pas quelqu'un de 38kg et 155cm comme un personnage en 2D. J'étais simplement grosse.

    "Je ne deviendrai pas ami avec d'autres hommes que Yasuchika et Junya."

    "Ah , c'est ça?"

    Je suis une femme cependant. L'apparence extérieure est celle d'un mâle, donc il n'y a aucun pouvoir de persuasion du tout.

    "Mais, si tu insistes, cela ne me dérange pas d'être quelque chose comme des amis."

    Alors même que ses joues rougissaient, elle a renversé ses longs cheveux et a parlé haut et fort.

    Madoka continue de faire des choses qui irritent les autres, mais peu à peu j'arrive à penser que cette fille qui ressemble à un parfait spécimen tsundere est mignonne. Comme je le pensais, la nature de Madoka n'est pas méchante. C'est une fille terriblement maladroite et honnête.

    Je ris par réflexe.

    "C'est impoli de rire tout d'un coup. C'est toi qui as dit que tu voulais être ami avec moi, n'est-ce pas?"

    "Ma faute. Alors, ...... je suis désolé, sois amie avec moi. "

    "Bien."

    Je tendis ma main droite avec l'intention de lui serrer la main, mais Madoka l'ignora et me serra dans ses bras.

    "Ee-eh, pourquoi suis-je étreint?"

    "Nous sommes amis, n'est-ce pas?"

    "Est-ce que les amis sont des gens qui font des choses comme des câlins?"

    Depuis mon arrivée dans ce monde, mon concept d '«amis» a été bouleversé de diverses manières.

    Les amis sont-ils des gens qui font des choses comme des câlins? Même s'ils sont du sexe opposé?

    Certes, je suis souvent étreint par Soutarou ou Kaname, mais je l'ai considéré comme sûr car c'est entre les gars. Mais c'est possible avec le genre opposé?

    "Pour moi, ce sont des gens qui font des choses comme des câlins. Est-ce que Makoto ne veut pas être étreint par moi? "

    La reine de la glace - Yukinoshita Madoka, sourit si innocemment que vous ne penseriez pas qu'elle est une adulte. Comment puis-je dire non après avoir vu un tel sourire?

    Peut-être que Madoka ne les a pas forcés à l'écouter, ces deux-là l'ont écoutée d'eux-mêmes après avoir vu ce visage. Et puis le pur Madoka qui ignore les manières du monde, aurait pu avoir l'impression qu'il était normal que Takayanagi et Junya écoutent ses paroles. En d'autres termes, il est normal que les amis écoutent ses mots.

    "Eh bien, ce n'est pas comme si je ne voulais surtout pas ...... Mais je suis tout trempé, alors les vêtements de Madoka-san vont se mouiller."

    "C'est bon. C'est juste des vêtements de 100 000 yens. " (ndt: environ 735 euros)

    "Er!"

    Pour être en mesure de dire que c'est juste un vêtement de 100 000 yens, le sens de la valeur de Madoka est un mystère.

    Puisque je ne peux pas repousser Madoka, pour l'instant je l'ai juste ramenée dans mes bras. Jetant un coup d'œil à Madoka qui était enterrée dans ma poitrine, ses yeux étaient fermés comme si elle était soulagée du fond de son cœur alors qu'elle se frottait le bout du nez. Mon cœur battait un peu.

    Faire tomber une fille de son pied destale? De telles situations ne sont pas rares, mais je pense que je comprends pourquoi les gens ont une préférence pour cela maintenant. Certes, une fille qui a été si tsuntsun est devenue mignonne, hein.

    "Sakurai !"

    "Hein? Ah, Hasumi, quoi de neuf? Je ne suis pas Mitsuki, tu sais. "

    L'ami le plus proche de Mitsuki, Hasumi, a fait des grands signes de main de la fenêtre où j'ai sauté tout à l'heure.

    Elle est l'une des filles mentionnées ci-dessus qui me parlent sans se soucier des ikemens. C'est une fille vive et spirituelle avec des cheveux courts brun.

    "Bien sûr que je le sais. Plus important encore, Takayanagi-senpai veut que Sakurai aie à l'infirmerie ! "

    "Ok. Merci "

    "Hé, tu ne flirtes pas à l'école?"

    Je n'ai que de mauvaises prémonitions en voyant le sourire que Hasumi a montré à la fin.

    Cette fille, j'espère qu'elle ne répandra pas de rumeurs à l'école, de Sakurai flirtant avec une fille.

    Comme prévu, le port de vêtements humides fait baisser la température corporelle. Empruntons des vêtements à Soutarou avant d'aller à l'infirmerie.

    Peu importe, j'ai le sentiment que les choses se terminent enfin. Tout en serrant Madoka, j'ai poussé un soupir de soulagement.

     

    Chapitre précédent IndexChapitre suivant



    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :