• Aku no joou kiseki chapitre 1 partie 2

     

    Partie 2:

     

    Alors même qu'elle pourrait être facilement piétinée par les pieds de la bête-chevalier, elle ne la craignait pas et l'avait caressé. Alware était plus grand qu'elle ne le pensait, elle était à la fois surprise et anxieuse.

    (Puis-je monter ce monstre avec mon corps blessé?)

    Néanmoins, elle n'avait pas le temps d'hésiter. Mari regarda la selle et se demanda comment monter. Alors qu'elle concluait qu'il était impossible pour elle de le faire seule, l'homme aux cheveux noirs, qui montait une bête-chevalier, écarta la foule des hommes et s'approcha d'elle.

    Le chevalier avait l'air horriblement amusé par la jeune fille qui fronçait les sourcils, et il lui tendit la main.

    "Qu'est-ce que tu fais à Sa Majesté? C'est si vulgaire!"

    Les gens qui criaient étaient les hommes qui avaient été écartés.

    Un étrange sentiment d'aversion enfla en Mari quand elle vit la main du chevalier devant elle. D'une certaine façon, elle a compris qu'elle, <la reine>, avait détesté cet homme.

    Même si elle le regardait avec de telles émotions, l'homme n'a pas retiré sa main.

    Il était le seul à avoir remarqué à quoi Mari pensait.

    Elle ne voulait pas prendre la main d'un homme qu'elle détestait, mais maintenant ce n'était plus le moment d'être pointilleuse. Avec réticence ---, à contrecœur elle lui pris la main.

    Ensuite, l'homme lui dit de hisser ses jambes sur la sangle au niveau de la patte de la bête-chevalier et il la souleva facilement. Il relâcha Mari en haut de Alware, sa prise était puissante et un peu rugueuse.

    Elle faillit crier mais elle serra les dents désespérément et réussit à s'accrocher à la selle d'Alware.

    L'homme riait et Mari ravalai les mots qui menaçaient de sortir de sa bouche.

    (S'il est comme ça, bien sûr qu'il sera détesté par la Reine.)

    Elle ne devrait pas se préoccuper d'un tel homme. Elle réajusta sa position et s'assit sur la bête-chevalier.

    Au sommet d'Alware, Mari pouvait voir un paysage urbain au loin au-delà de l'armée et, au-delà, elle pouvait voir des chaînes de montagnes brumeuses. Le ciel était clair et le soleil chaud.

    Elle tenait fermement ses mains sur les rênes et se précipita en direction de la défaite ou de la victoire.

    "Aller!! Alware! "

    Elle s'imposa rapidement. Ensuite, les rugissements des bêtes-chevaliers environnants résonnèrent.

    Les bêtes-chevaliers se calmèrent instantanément lorsque retentit la voix de leur chef Alware. Ensuite, tous élevèrent leur voix et s'inclinèrent vers Alware.

    La bousculade et l'agitation de la bataille se calma et le silence se répandit dans son armée et celle de l'ennemi.

    Tout le monde regarda Mari avec surprise.

    Mari ne manqua pas cette chance et maintenant sa tête haute, elle parla alors.

    "Qui avez-vous vaincu?"

    Sa voix froide retentit dans tout le champ de bataille. Mari fut soulagée, elle parlait d'une voix plus forte qu'elle ne le pensait.

    "Arrêtez avec vos connerie !! Ceux qui vont être vaincus seront mes ennemis! "

    Tous était sans voix face à la voix de Mari et à son apparence éclatante.

    Elle était belle.

    La boue et le sang collaient sur son visage pâle mais magnifique. Ses grand yeux noirs démontraient une forte détermination et étincelaient alors qu'ils dominaient les autres. Ses longs cheveux noirs qui avaient été attachés, s'échappaient et flottaient au milieu des nuages de poussière.

    Elle portait une luxueuse robe cramoisie profonde qui n'était pas adaptée pour un champ de bataille. Le haut de ses manches avait été déchiré et le tissu tombait de ses épaules. Sa poitrine tachée de sang pouvait être vue partiellement.

    Aku no joou kiseki chapitre 1 partie 2

     

    Le chevalier aux cheveux noirs qui regardait sa poitrine, siffla.

    Mari le regarda furieusement.

    (Eh bien, de toute façon. C'est juste un rêve......)

    Mari leva la main et cria.

    "Ecrasez-les!"

    Les guerriers environnants furent enchantés par cette apparition divine, majestueuse et enflammée.

    "Waaaaah !!" Ils criaient de joie. Tout à coup, l'armée qui avait perdu toute sa motivation, se réveilla. Ils firent face à leur ennemi avec une force formidable.

    Mari soupira de côté. Elle avait réussi à les rassembler.

    À ce moment-là,

    (Eh ?!)

    Elle sentit un intense regard posé sur elle et tourna les yeux vers l'armée ennemie. Il y avait quelque chose qui brillait à la lumière du soleil.

    Il était difficile de distinguer son visage à cette distance, mais il la regardait fixement.

    Des cheveux blonds brillants apparurent dans l'esprit de Mari.

    (…… C'était quoi?)

    Elle était étonnée, mais elle savait déjà la réponse.

    C'était le commandant ennemi.

    Elle se souvenait de ses yeux bleus la regardant, créant un sentiment indescriptible qui rampait le long de sa colonne vertébrale. Il avait une expression douloureuse sur son beau visage et il la regardait essayant de dire frénétiquement quelque chose à Mari.

    Mari a réalisé que cet échange était à l'origine de cette guerre, mais elle ne se souvenait pas des causes principales. C'était une honte pour elle et elle secoua la tête comme si elle essayait d'évacuer ses idées noires.

    (C'est notre chance. Laissons ça pour plus tard.)

    Le cri de guerre de son armée résonnait dans le vent.

    Le moral de l'armée s'enflammait comme un brasero, mais elle était encore insatisfaite.

    (Est-ce que j'ai exagéré?)

    Mari a claqué sa langue dans son esprit.ーーー

    "Tous les capitaines contrôlés vos unités tout en conservant le moral des troupes! Ne chargez pas avec imprudence et tenez les rênes! "

    Elle aiguisa ses sens et averti son armée, qui était plein d'énergie, pour les modérer.

    Néanmoins, c'était certainement une bonne opportunité. L'armée de l'ennemi continuait à les presser, il était important de décider qui gagnerait et qui perdrait. Mari appela l'homme aux cheveux noirs qui la regardait ... Non plutôt qui regardait sa poitrine, tout en gardant ses sentiments désagréables pour lui sous contrôle.

    "Quel est le rapport de force?"

    L'homme répondit amusé.

    "Environ trois pour un? C'était quatre pour un il y a pas longtemps, mais quelqu'un s'est théâtralement effondré. "

    Mari s'étouffa à ces mots. La force de l'armée était le nombre de vies. Même si c'était un rêve, elle se sentait tout de même coupable.

    (Est-ce des milliers ou des dizaines de milliers de morts?)

    Elle savait que son visage avait pâli.

    "Je comprends. …… Je suis désolé."

    À ses faibles excuses, les yeux de l'homme s'élargirent comme s'il avait vu quelque chose d'incroyable. Il dit ensuite:

    "T'es-tu frappé la tête ......?"

    Il était vraiment odieux, mais Mari croyait qu'il serait le seul utile ici. Elle voulait régler cela dès que possible afin qu'il n'y ait plus de victimes.

    "Je veux utiliser une attaque par vague humaines. Est-ce qu'il y a des capitaines doués en tactique?"

    Son but était d'affaiblir l'ennemi en l'attaquant constamment. Donc, c'était une bonne idée pour un capitaine ---, une personne à leur niveau--- de prendre le commandement des chevaliers.

    Mari a supprimé sa haine et rapprocha Alware du chevalier.

    "Eh? …… Tu me parles?"

    Mari hocha la tête à sa question, il était de plus en plus surpris. Mais il lui répondit tout de même.

    "...... Seulement le Général-Major Leonir et le Lieutenant-Général Bashir. Et bien sûr, en dessous, il y a moi. Mais si tu as besoin de quelqu'un pour commander toute l'armée, ce serait plutôt le général Bashir."

    Comme elle le pensait, il avait répondu avec arrogance, mais il ne semblait pas mentir.

    "Bien, le Lieutenant-Général Bashir restera ici. ..... Je te laisserai commander une autre faction. "

    Mari prononça la première phrase d'une voix forte autour d'elle et la seconde phrase a été murmuré à l'homme.

    "Eh? Un mercenaire comme moi commandant les troupes?"

    Mari en avait marre de ses mots dévalorisants. Qu'il soit un mercenaire ou non, s'il peut être utilisé, elle l'utilisera. Généralement, les mercenaires sont des professionnels de la guerre. Mari fit signe au chevalier. Il s'approcha de la bête-chevalier très amusé et regarda encore une fois la poitrine de Mari.

    Elle résista à l'envie de lui gifler le visage et lui chuchota à l'oreille.

    "J'attire l'attention de l'ennemi ici. Choisis les chevaliers dont tu as besoin, fraye-toi un chemin à travers les rangs et infiltre l'armée ennemie. Je veux que vous attrapiez le commandant ennemi."

    Il a laissé échapper un soupir d'étonnement aux mots de Mari.

    "C'est plus facile à dire qu'à faire ..."

    Les hommes qui étaient ignorés par Mari - la Reine, étaient en colère et irrespectueux.

    Leur haine était dirigée vers le chevalier qui manquait de respect et faisait ce qu'il voulait, face à la reine.

    "Darius! Toi!"

    "Un roturier comme toi ose parler à Sa Majesté comme ça!"

    (...... Je vois, alors son nom est Darius?)

    Mari avait prédit la réponse précédente, mais elle était tout de même en colère. Elle se mit soudainement à rire et, une fois de plus, chuchota à l'oreille du chevalier – Darius- d'une voix séduisante.

    "L'ennemi a pu me blesser au milieu de cette grande armée. Ne me dis pas que tu ne peux pas faire la même chose?"

    Darius rit et murmura à sa provocation.

    "Enlever quelqu'un ou le tuer sont deux choses différentes. Es-tu sûr de vouloir me laisser un tel travail? Je pourrais fuir tu sais? "

    "Tu ne le feras pas".

    Mari était sur d'elle pour une raison inconnue. Elle se sentait dégoûtée par ces actions, mais elle ne pensait pas qu'il était indigne de sa confiance. Mari cru en son intuition.

    Pendant un instant, Darius fut pris au dépourvu par la réponse de Mari. Il s'éloigna d'elle et la regarda en face.

    "Eh? ...... Ensuite, j'aurais des frais de contingence, n'est-ce pas? "

    (ndt: frais de contingence: je pense que c'est des frais à payer pour faire des choses en plus que ce qui est convenu)

    (Cela signifie qu'il va accepter, n'est-ce pas?)

    Mari hocha calmement la tête, satisfaite de sa réponse.

    "Je te donnerais ce que tu veux, qu'il s'agisse de terre ou d'argent".

    C'était un rêve de toute façon. Elle ne débourserait pas un rond. Les yeux de Darius brillèrent avec méfiance en entendant ces mots.

    "Je ne m'intéresse pas à de telles choses. ...... Ce que je veux maintenant, c'est toi. ..... Laisse-moi dormir avec toi. "

    Un tapage furieux provint des alentours. Il y avait des personnes qui voulaient le tuer. Toutes les intentions meurtrières étaient concentrées sur Darius.

    Mari était stupéfaite.

    (Ce gars, est-il idiot? ...... Demander ce genre de chose en récompense pour une mission de vie et de mort.)

    "Fais ce que tu veux."

    Mari, qui croyait que c'était un rêve, froidement accepta.

    "Votre Majesté!"

    Les cris se sont dirigés vers Mari cette fois.

    "Tiens ta promesse."

    "Ah, pas de problème."

    Mari le poussa un peu en lui disant de se dépêcher de partir.

    Darius riait de satisfaction, repris ses rênes et partit sans regarder en arrière.

    "Votre Majesté!"

    "...... Le Lieutenant-Général Bashir n'est pas encore là? Chacun connaît son unité, suivez les instructions et préparez-vous à y aller immédiatement. "

    Ordonna Mari faisant taire les voix des personnes environnantes.

    Il n'y avait plus de retour en arrière possible. Si Darius réussissait, ils pourraient gagner en peu de temps comme elle le désiré.

    S'il échoué, alors les pertes pourraient seulement augmenter. Cependant, si l'attaque de vague humaine fonctionne bien, ils ne perdraient pas de force.

    Alors qu'elle pensait à un moyen de garantir la réussite du plan de Darius, une voix l'appela.

    "Votre Majesté. Moi, Bashir, je suis arrivé. "

    Le chevalier poli qui parlait et s'agenouillait sur le sol était l'opposé bipolaire de Darius.

    (Donc c'est Bashir. J'espère qu'il sera un peu utile ...)

    Mari chargea Bashir de faire appliquer leur stratégie.

    "Divisez les troupes en pelotons, et frappez-les avec une attaque de vague humaine sur la ligne de front. Ne laissez pas l'ennemi se reposer. Je te laisserai la tactique et l'organisation. "

    Bashir regardait calmement Mari. Mari, qui le regardait se redresser avec une expression sérieuse sur son visage, pensa qu'il avait probablement environ 40 ans. L'homme devant elle avait une aura sévère qui pourrait certainement lui permettre de commander une armée.

    "Si vous me le permettez, je pense que, avec notre élan et notre pouvoir de combat, il serait préférable de les assiéger avec une attaque frontale et brutale".

    Bashir proposa une attaque frontale. Mari se mit à rire et salua sa capacité à analyser calmement la situation.

    "Je n'ai pas l'intention de détruire l'ennemi".

    Mari expliqua clairement son idée et Bashir élargi légèrement ses yeux.

    "Le désespoir donne du courage aux lâches. Ils résisteront désespérément si nous les coinçons et ce ne sera pas seulement l'ennemi qui recevra des dégâts, mais nous aussi. Même si nous les attaquons, je n'ai pas l'intention de bloquer leur voie d'évacuation. S'ils ont l'intention de s'échapper, leurs forces seront réduites. Ceux qui veulent se rendre sont les bienvenus pour le faire. Bien sûr, la persécution des prisonniers ne sera pas autorisée. "

    Expliqua Mari, Bashir baissa doucement sa tête d'admiration.

    "Même s'ils sont des ennemis, ils sont encore vos citoyens. Je respecterai la bienveillance de Votre Majesté. "

    A ce moment, Mari fut surprise par les paroles de Bashir.

    (Mes citoyens!? ...... Alors, est-ce une rébellion?)

    "C'est le cas, Votre Majesté ......"

    Mari interrompit Bashir, elle pensait deviner ce qu'il voulait dire.

    "J'ai déjà envoyé Darius avec une troupe."

    Comme Mari l'espérait, il savait ce qu'elle voulait dire et hocha la tête.

    "Je comprends. J'ai dit quelque chose d'inutile. "

    "Cela ne me dérange pas".

    Mari voulait commencer l'opération rapidement, mais elle hésitait.

    Le mot "rébellion" était bloqué dans son esprit. Elle voulait savoir ce qui avait provoqué cette rébellion.

    Cependant, elle ne pouvait pas le demander dans un endroit comme celui-ci. Après tout, elle ne voulait pas paraître étrange, alors elle demanda autre chose.

    "Pourquoi avoir proposé cela?"

    L'attitude de Bashir était sympathique. Il n'obéissait pas aux ordres de la Reine aveuglément. Il réfléchissait après avoir exprimé ses idées et avoir saisi la situation. Cependant, si c'était lui qui contrôlé l'armée alors la Reine ne se serait pas introduis sur le champ de bataille et n'aurait pas été abattu. La reine, avant que Mari ne se réveille, était une dirigeante arrogante qui n'écoutait pas ses sujets. Mais elle voulait entendre la vraie raison derrière les conseils de Bashir.

    "Parce que je ne veux plus regretter".

     

    Chapitre précédent/ Index /Chapitre suivant



    1
    Jeudi 21 Septembre 2017 à 16:44

    Je suppose que sa réaction sera épique quand elle se rendra compte que c'est plus qu'un rêve, Merci pour le chapitre ^w^

    PS: Peut pas t'aider pour la news, connais aucune entreprise ou labo

    2
    Talia
    Vendredi 22 Septembre 2017 à 23:43

    C'est vachement bien ! Mais le malaise quand elle le saura ><

    merci pour le chapitre !!!!!!cool

    3
    Lundi 25 Septembre 2017 à 20:04

    Hi hi je suis d'accord rien que la promesse ça donne envie de voir la suite winktongue

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :